Chemise # 3 : l’école buissonnière

Qu’y a-t-il de commun entre l’étudiante désinvolte qui traîne ses ballerines élimées entre la rue Soufflot et le boulevard Saint-Michel et le p’tit gamin qui s’échappe en courant de l’école communale quand la cloche sonne l’heure du goûter? Tant d’années les séparent mais des bancs de l’école qu’ils fréquentent encore tous les deux, ils rapportent chez ce soupçon d’impertinence dont seuls les élèves ont le secret. Le charme de l’effronterie, c’est de se cacher derrière une mine sage et une posture appliquée. Quoi de plus élégant au fond que le chemisier débraillé d’une jeune femme échappée de la faculté pour aller faire l’école buissonnière  quand les examens sont passés et que viennent les premiers jours de juin.

chemisier_l_impertinent_6

Je n’ai plus tout à fait l’âge d’être étudiante…mais certains choix personnels m’ont ramenée récemment dans les salles d’examen si ennuyeuses et étouffantes.  Alors quand Marisa m’a proposé de tester ce joli chemisier au col sage,  j’ai imaginé les premiers jours de juin et ces moments où moi aussi je pourrais à nouveau m’enfuir et savourer quelques jours de congés comme s’ils annonçaient les grandes vacances de mon enfance.

chemisier_l_impertinent_12L’Impertinent est donc un chemisier sans manches à la coupe cintrée mais confortable et au col Claudine effronté. Comme la fois précédente (j’avais pu tester le patron de la robe l’Estivale), j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir et à tester ce patron. Je trouve que Marisa a toujours le chic pour réussir à concilier simplicité dans l’exécution et dans les lignes générales de ces patrons et élégance et fraîcheur. J’ai souvent le sentiment que Marisa met dans ses patrons un peu de l’air frais des alpages qu’elle aperçoit depuis sa terrasse (enfin… je crois).

chemisier_l_impertinent_2

Élégant, l’Impertinent est néanmoins très simple à réaliser. Vous poserez le col fingers in the nose grâce à l’astucieux montage prévu par Marisa. La seule -éventuelle- difficulté réside dans les boutonnières à réaliser….mais si vous avez envie d’un chemisier, difficile de vous passer de boutons, non? Pour m’éviter les désagréments que peut générer cette étape cruciale lorsque je couds sur du tissu fin, je prends garde à entoiler mon tissu (Marisa vous le rappelle dans ses explications) et à scotcher l’emplacement de mes boutonnières. Oui, vous m’avez bien lue : je pose un bout de scotch sur chaque emplacement avant de me lancer. Je ne sais pas si c’est très académique mais cela évite que le tissu ne fasse des plis disgracieux une fois cousu.

Si vous appréciez les chemisiers sans oser vous lancer, l’Impertinent est l’occasion idéale de vous y mettre : l’absence de manches (et donc de bracelets de manche) et le col Claudine facile à monter vous évitent ce qui fait habituellement la difficulté d’un chemisier en couture : la pose du col et des poignets….et il faut avouer que j’ai beau avoir cousu près d’une dizaine de chemises, je me sens novice en la matière et ne suis toujours pas satisfaite de mes cols. Pour le cas qui nous occupe, point de tout cela donc : col et boutonnières, les marqueurs essentiels du chemisier sont là (vous avez vu je me mets à parler comme Jean-François Piège dans Top Chef : inquiétant, non? à ce rythme, bientôt je risque de vous parler des traceurs de la petite robe noire…).

Je n’ai pas fait de modifications majeures : j’ai procédé à un ajustement du buste – ce que je fais systématiquement- et j’ai cintré le patron – en retirant 2 cm de largeur au niveau de la taille afin de souligner sa jolie ligne. Marisa a réduit la largeur de sa version finale au niveau de la taille dans les mêmes proportions. L’impertinent reste donc  confortable mais très féminin.

chemisier_l_impertinent_16J’ai réalisé l’Impertinent dans un coton déniché chez Sacrés Coupons. Très agréable à porter, il présente néanmoins l’inconvénient du vrai tissu d’été : il se froisse à peine enfilé. J’ai repassé mon chemisier moins d’une heure avant la séance photos mais rien n’y a fait, une fois arrivée sur les lieux du crime j’avais  déjà l’air chiffonné. A vrai dire, cela ne me dérange pas plus que ça dans le cas de l’Impertinent. Je trouve que cela lui donne un côté estival et effronté qui lui va fort bien.

chemisier_l_impertinent_7

J’ai utilisé du passepoil en lin pour souligner le col claudine et donner un côté un peu rustique à mon tout nouveau chemisier. Quant aux boutons, j’avais d’abord choisi des boutons en bois clair et j’ai eu la mauvaise idée de les perdre. Comme je n’en démordais pas, je suis retournée à la mercerie pour trouver des boutons similaires. Hélas je n’ai pas retrouvé mes premiers boutons. En revanche, j’ai eu la joie de croiser Marielle de l’Annexe Dilettante tout aussi hésitante que moi mais bien plus prévoyante (elle avait apporté un petit échantillon du tissu qu’elle allait transformer en merveille…filez voir sa si jolie robe salopette sur son blog!) devant l’immense mur de boutons de la Mercerie Moline. Nous ne nous étions jamais vues mais curieusement nous ne sommes immédiatement reconnues : je me souvenais de sa si jolie sureau en chambray qu’elle portait avec une marinière blanche et rouge comme sur son blog.

Voilà une rencontre qui m’a consolée de ne pas retrouver les précieux boutons. J’ai finalement opté pour un modèle un peu plus foncé que le précédent. Je suis un peu déçue du résultat. J’aurais voulu trouver une teinte plus proche de celle de mon passepoil en lin.

chemisier_l_impertinent_14

Bref, pour moi ce patron est encore un sans faute et présente l’avantage d’être accessible aux débutant-e-s : une gageure pour un chemisier!

N’hésitez pas à aller admirer les autres versions des testeuses. Au moment où je rédige mon article, je viens d’aller fureter sur la boutique de MLM Patrons et d’apercevoir la magnifique version de Marisa elle-même dans un tissu graphique. Je suis déjà jalouse et pense que je vais me faire un second Impertinent dans un tissu plus structuré incessamment sous peu.

  • Petit ajout quelques heures plus tard : ça y est les premières versions de mes copines testeuses sont sorties : allez voir les jolies bulles rouges d’Anna , la belle version noire du Tricomonde de Sophie ou encore le chemisier en denim d’Elodie!
  • Deuxième ajout : les cinquante-cinq premières commandes se verront offrir des articles offerts par la Mercerie Chic sélectionnés en partenariat avec Marisa : trop chouette non?

Le nécessaire

NécessaireDescriptionCoût et niveau de couture
Tissu et fournitures1m de coton trouvé chez Sacrés Coupons (9 euros le mètre)
1m de passepoil en lin beige à 2,50 euros le mètre (mercerie de Milly la Forêt)
6 boutons en bois (Moline) à 1,70 euros l'unité
2 mètres de biais à 1,30 le mètre
26,30 euros
PatronL'Impertinent, patron pochette de MLM Patrons13 euros
ModificationsUn ajustement pour forte poitrine
J'ai passepoilé le col
A mon sens ce patron est tout à fait accessible aux débutant-e-s. Avec de la patience et quelques astuces, l'étape des boutonnières est surmontable. Quant au col, il est très facile à poser.

Je vous quitte avec cette chanson apprise lors de ma rentrée à l’école primaire il y a 23 ans environ…Voilà une comptine qui me trotte encore dans la tête quand le mois de juin arrive et que l’on a envie de piquer les pommes du voisin!

Un ptit gamin… | SONUMA.

 

 

13 commentaires

  • Je trouve tes photos sublimes, dignes d’un magazine! Et tes créations et ta prose tout aussi superbes. Voilà, je suis une admiratrice!

  • Polina dit :

    J’adore ce détail du col claudine, très recherché et féminin !

  • Clara dit :

    Très jolie version ! Ce col claudine réhaussé par le passepoil est vraiment très beau, j’adore !!

  • Une nouvelle fois tu as su choisir tissu, bouton et finitions pour en faire un vêtement qui te correspond et qui charme. J’aime beaucoup ta version.

  • Hélène dit :

    Superbe! J’adore le contraste pantalon à la garçonne et chemise écolière. Belle découverte que cette gamme de patrons simples et élégants! Un mot aussi sur tes entrées en matière : tu as un réel talent d’écrivaine. Tes mises en contexte me font rêver chaque fois!

  • Marisa dit :

    Merci à toi pour ce nouveau test! Cette version te va bien, et tu as raison, on voit très bien les montagnes de ma terrasse 🙂 Il va très bien avec Gilbert cet Impertinent, il faut que je termine le mien d’ailleurs, même si ici il fait beaucoup trop chaud pour pouvoir le porter. Pour ma part le prochain sera dans un tissu beaucoup plus simple, se rapprochant du tien, et pourquoi pas avec un peu de passepoil aussi! Encore merci!

  • Sew easy dit :

    Quelle belle invitation à faire l’école buisonnière ! Je découvre ce blog et me vois prendre la clef des champs.
    Magnifique chemisier !

  • Quel joli article encore une fois, je m’étonne toujours de cet exam que tu viens de réussir – non pas que je m’étonne de la réussite, mais de la « matière – je te rêve écrivaine

    Pour le sujet du jour, ce joli Impertinent, bravo, comme toujours, une association réussie

  • Masquita dit :

    Il y’ en a marre de te voire en Gilbert! Je veux que tu te couses une jupe midi d’été qui ira parfaitement avec ce chemisier!

  • Mimoutch dit :

    Très joli Impertinent, effronté et faussement sage, et comme d’habitude un grand plaisir de te lire. Merci aussi d’avoir parlé du niveau technique, tu m’as convaincue d’acheter ce patron, moi qui n’ai encore jamais cousu de chemise.

  • uneparenthese25 dit :

    ravissante, tout à fait dans l’esprit buissonnier du mois de juin quand l’école se transforme en immense cours de récréation et tes photos sont magnifiques

  • Emmanuelle dit :

    Bravo pour cette jolie chemise 😉 tes réalisations sont superbes et ton blog me donne envie de revenir faire un tour! J’ai été une de tes « concurrentes » dans le concours de république du chiffon (Gilbert Framboise) et je te félicite pour ta photo qui était magnifique ainsi que la couture évidemment… Je cours de ce pas lire ton article sur les tissus qui me parait très intéressant… Bonne journée à toi et à bientôt. Manu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.