Parenthèse #2 : Artesane, les cours de couture en ligne que j’ai animés

Quelle gentillesse! Je n’imaginais pas que l’article écrit péniblement il  y a quelques jours rencontrerait un accueil aussi encourageant et bienveillant…Pour être honnête, j’en étais toute gênée : je n’ai pas voulu me victimiser ou me glorifier : je n’ai pas l’impression d’avoir accompli quoi que ce soit encore et la route me paraît si longue. Avec ces deux articles je voulais simplement clarifier ma position afin de pouvoir retrouver le chemin de mon blog en toute transparence. Je referme aujourd’hui cette parenthèse en vous présentant les quelques cours de couture en ligne que j’ai animés pour Artesane et ce que j’ai souhaité vous transmettre à cette occasion.

L’un de ces cours est entièrement gratuit, et pour les autres j’ai créé pour l’occasion, un code promo de 15% de réduction actif jusqu’au 8 mai 2017. Il s’agit de : 

PRINTEMPSCOTON

(rassurez-vous, je ne touche rien à titre personnel sur la vente de ces cours).

Commençons par le commencement, le tout premier cours tourné qui est gratuit et qui le restera.

Coudre comme un-e pro : les techniques indispensables

Ce cours là possède une valeur  particulière à mes yeux puisqu’il s’agit du premier cours tourné par et pour Artesane. Nous n’avions pas encore de studio à l’époque et pourtant il fallait de la place pour installer une équipe de tournage professionnelle, une régie et un espace de couture digne de ce nom. Nous avons donc vidé le salon…de mes parents. Eux qui croyaient leur fille partie depuis bien trop longtemps, l’ont vue débarquer à 30 ans, enceinte de six mois, pour s’installer avec tout son « bardas » (fort heureusement, cela n’a duré que deux jours et pour une fois ils ont dû me voir repartir avec soulagement).

Pour ce premier cours, j’ai eu envie de répondre à la question suivante : « quels sont les points dont j’aurais aimé savoir qu’ils étaient importants lorsque j’ai appris à coudre seule? ». À titre personnel j’ai fait des études très académiques, qui ont duré plus de douze ans après mon bac, j’ai eu l’occasion d’enseigner, de faire partie de jurys mais j’ai toujours appris les choses dans les règles de l’art…sauf en couture. La couture est le seul apprentissage que j’ai dû faire seule au départ : il n’en fût que plus douloureux. Combien d’erreurs et de gâchis! J’ai appris « à la dure » quelles étaient les règles importantes.  Il en va de l’apprentissage de la couture comme de tout apprentissage : l’important n’est pas de connaître les règles mais plutôt d’en mesurer l’importance et de comprendre comment les mettre en oeuvre et pourquoi elles vont nous être utiles.

Pour construire ce cours, j’ai donc suivi la progression naturelle de n’importe quel projet couture et je me suis demandée à chaque étape quels étaient les points qui me semblaient nécessaires pour obtenir une belle réalisation finale. Du report du patron de couture sur un tissu à l’ourlet final, il me semblait qu’il existait quelques points cruciaux et de nombreuses techniques qu’il était utile de connaître pour obtenir un vêtement fini qui n’ait pas l’air « bricolé ».

Aucune de ces techniques n’est complexe… qu’il s’agisse de la pose d’une fermeture invisible, d’un biais gansé ou de la réalisation d’un ourlet invisible, tout est simple et pas si long qu’il n’y paraît à exécuter. Il suffit simplement d’en connaître l’art et la manière et de savoir que telle ou telle façon de faire est importante pour obtenir un beau rendu.

Je crois que ce cours s’adresse à qui veut….aux débutant-e-s et aux plus confirmé-e-s. Pour les débutant-e-s, ce sera l’occasion de comprendre et de démystifier certains points, pour les confirmé-é-s de découvrir une manière de faire plutôt qu’une autre et peut-être d’apprendre une ou deux astuces, même si je n’ai pas la prétention de tout savoir en couture.

Ce cours dure 2H30, il est gratuit.

Apprendre à coudre des vêtements féminins

Quelques mois plus tard, j’ai eu l’occasion d’animer un deuxième cours sur Artesane. Il m’a semblé qu’il fallait aborder l’apprentissage de la couture sous un angle gratifiant. Les techniques ne sont utiles que si on a l’occasion de les mettre en pratique. À l’occasion des salons, j’avais entendu plusieurs d’entre vous me confier leur peur de se lancer dans la couture d’un vêtement adulte alors qu’elles savaient coudre des accessoires ou des projets pour enfants. À mon sens, ce n’est ni plus ni moins difficile. L’objectif du cours « Apprendre à coudre des vêtements féminins » est donc de démystifier la couture de vêtements adultes et de coudre réaliser trois projets de difficultés croissantes.

Pour la petite histoire, ce cours a été l’un des plus longs à tourner puisque j’avais accouché moins d’un mois avant et que j’allaitais ma fille…il fallait donc s’interrompre toutes les heures pour les tétées, ce qui a donné un côté assez folklorique à notre journée.

J’ai choisi le haut « Aime comme Must-Have » de Aime comme Marie, la robe Xerea de Pauline Alice et la jupe Andrea de République du Chiffon pour plusieurs raisons. D’une part parce qu’il s’agit de trois incontournables du vestiaire féminin, relativement rapides à coudre. Ce sont donc trois projets assez gratifiants lorsque l’on débute.

D’autre part parce que chacun de ces projets me permettaient d’aborder différentes difficultés. Avec le top Must-Have, nous abordons ensemble le report du patron, l’ajout de marges de couture, la prise en main de la machine, la couture droite, la finition au point zigzag, la pose d’un biais à l’encolure et le montage de manches raglans, plus simples à mettre en place que des manches « montées »lorsque l’on commence.

Avec la robe Xerea, nous découvrons les marges de couture incluses et les pinces, nous comprenons la construction des poches, la pose d’un passepoil décoratif, la mise en place de manches « montées »et nous apprenons à ajouter une doublure si l’envie nous en prend.

Enfin, avec la jupe Andrea, nous évoquons le cas d’un tissu qui s’effiloche, la pose d’une ceinture et d’une doublure et nous voyons ensemble que réaliser une poche paysanne proprement n’est pas si compliqué qu’il n’y paraît.

Le cours est émaillé d’astuces au fur et à mesure de la réalisation de ces patrons dont l’achat est bien sûr optionnel. Ils constituent un support et non pas une fin en soi.

 

C’est un cours assez long (près de 5 heures de cours de couture en vidéo… accessibles à vie heureusement) qui s’adressent aux débutant-e-s. Il est au prix de 29 euros sans patrons, ce qui est en dessous de la tarification habituelle d’Artesane pour une telle durée. Je souhaitais que son prix ne soit pas un frein pour les débutant-e-s car j’avais bien conscience qu’il fallait éventuellement pouvoir ajouter les patrons. Ayant fait le choix de ne pas me rémunérer en tant que professeure, cela nous a permis de baisser le prix de ce cours.

Coudre des tissus qui fâchent

Les tissus…voilà un sujet qui me tenait à coeur! Les deux cours de couture qui suivent forment un ensemble cohérent et s’adressent à des couturières et couturiers de niveau intermédiaire ou confirmé.  Lorsque j’ai réfléchi aux motifs d’insatisfaction dans la réalisation d’un projet, l’un des principaux coupables était tout trouvé. La passion de la couturière ou du couturier pour les tissus est souvent à l’origine de sa perte.

Pour tenter d’atténuer les effets néfastes de cette passion dévorante, j’ai eu envie de partager avec vous toutes les techniques et astuces que je connaissais ou que j’ai apprises lors de mes recherches sur les tissus pour dompter les plus fâcheux d’entre eux.

J’ai essayé de chapitrer le cours par difficulté croissante mais c’est un cours que vous pouvez évidemment consulter dans l’ordre que vous voulez et qui est conçu comme un répertoire auquel on se réfère selon ses besoins et ses projets.

Pendant ce cours on s’attaque successivement aux :

  • « nouveaux textiles », le néoprène et le scuba;
  • aux tissus « qui accrochent », c’est-à-dire, les cuirs et simili cuirs, les enduits ou la suédine;
  • aux tissus un peu mous ou qui s’effilochent (comme le lange, certaines gazes ou double gazes, quelques lins, les textiles tissés très lâches comme les Malhia Kent);
  • aux tissus à poils (velours, fausses fourrures etc.);
  • aux tissus qui glissent, mes petits chouchous  : certaines viscoses ou  certaines armures de soie par exemple
  • aux tissus ajourés, comme le tulle, la dentelle avec ou sans sequins  etc.

Evidemment certains de nos textiles préférés cumulent les tares mais il est tout aussi facile de cumuler les astuces pour les dompter. À chaque fois, il suffit de savoir comment marquer, stabiliser, couper, maintenir ensemble, piquer ces tissus et leur appliquer les finitions adéquates. C’est donc un cours où l’on s’intéresse beaucoup aux outils nécessaires…du plus simple (une aiguille et un fil adapté) au plus insolite….une tondeuse.

Là encore j’ai été bavarde puisque vous me subissez pendant près de 5 heures. Le cours « Coudre les tissus qui fâchent » coûte 44 euros.

Les adaptations essentielles sur un patron de couture 

Deuxième volet de cette réflexion autour des sources majeures d’insatisfaction lorsque l’on endosse son vêtement fini…Enfer et damnation : nous avons dompté le tissu, réalisé de jolies finitions, le vêtement est impeccable mais il ne nous va pas!

Je ne suis pas modéliste et pour être honnête ce n’est pas ma tasse de thé. Je suis une fainéante qui aime bien utiliser des patrons prêts à l’emploi ou presque…mais j’ai appris que le fait de décalquer un patron et de le coudre ne m’exonérait pas d’un travail de réflexion et de retouche en amont pour obtenir un vêtement qui m’allait.

Le cours « Les adaptations essentielles sur un patron de couture » est donc un cours pour les fainéant-e-s comme moi : l’objectif est de vous montrer qu’il existe quelques réflexes simples à adopter lorsque l’on a un patron entre les mains pour le mettre à nos mesures. Je n’ai pas du tout la prétention de vous montrer toutes les techniques pour ajuster un patron, il en existe des centaines et il existe des livres passionnants sur le sujet. Un cours ne suffirait pas et il faudra peut être que j’envisage une suite à celui-là. En revanche je souhaitais vraiment vous montrer comment obtenir un patron mieux ajusté avec quelques techniques de modifications simples.

Ensemble, nous voyons donc comment se repérer dans le tableau des tailles d’un patron de couture mais aussi comment comparer ses propres mesures à celles du patron papier et comment procéder à quelques ajustement immédiatement sur le patron.

Je ne vous épargne pas l’étape de la toile pour comprendre ce qu’il ne va pas…ne rêvez pas! Mais au moins il vous sera possible de comprendre comment réduire le travail à effectuer sur toile en modifiant votre patron avant même la première toile.

Ensuite, nous travaillons ensemble sur les ajustements les plus classiques; les plus simples d’abord : allonger, raccourcir, élargir, rétrécir. Nous comprenons ensuite comment jouer avec la position des pinces puis enfin comment faire varier les volumes. Les techniques d’ajustement du buste (FBA/SBA) dont nous avions vu sur ce blog des variations , répondent en fait à une logique que l’on peut appliquer partout : à la poitrine mais aussi au fessier, à l’emmanchure, aux omoplates etc… C’est un des secrets les plus simples et les mieux gardés de l’ajustement de patron.

Pour ce cours, j’ai essayé d’être un peu plus concise que d’habitude, car les manipulations sur patrons sont un sujet qui peut paraître vite indigeste. Si cela vous parait intéressant, j’envisagerai une suite…mais je crois qu’il constitue une base pour prendre de bons réflexes et c’est avant tout ce que je voulais.

Ce cours dure donc deux heures tout pile et coûte 29 euros.

À venir : un essentiel couture sur les fermetures éclair

Et pour en finir de cette parenthèse Artesane et de la présentation de mes cours, je vous révèle en exclusivité mondiale la thématique du dernier cours que j’ai tourné. Il s’agit d’un « essentiel couture »  – un cours de moins d’une heure trente donc – qui portera sur les fermetures à glissière. Voici la bande-annonce et il sera en ligne très vite dans toutes les bonnes salles de quartier:)

J’activerai le même code promo que mentionné plus haut ( les 15% de PRINTEMPSCOTON donc) dès sa sortie.

Ouf! Voilà! C’est fini. Nous allons enfin pouvoir reprendre une activité normale ensemble. J’espère ne pas vous avoir trop ennuyé-e-s. Il fallait que j’en passe par là pour me sentir libre de raconter ce que je veux ici. Et surtout n’allez pas croire que je « représente » Artesane ou l’esprit d’Artesane. Pas question de « bouffer » du  annie coton à toutes les sauces!

Il y a beaucoup d’autres professeurs que moi, avec des expériences, des parcours professionnels très différents et c’est très volontaire de notre part. Nous voulions de grands professionnels, d’excellents autodidactes, de jeunes professeurs surdiplômés, d’ancien-ne-s petites mains avec une expérience accumulée dans les plus grandes maison de couture…Et bien sûr, nous voulions  vous proposer d’autres matières que la couture. Bref, cet article n’évoque que ma démarche personnelle en tant que professeure d’Artesane. Cela fait beaucoup de casquettes pour une même personne…Professeure, fondatrice, blogueuse, voilà de quoi devenir un peu schizophrène ou de trouver une excellente excuse pour acheter un énième chapeau. Je crois que je vais céder à mon pêché mignon et choisir la dernière option. Je vous embrasse très fort et vous remercie pour l’incroyable soutien que vous m’avez témoigné ces derniers jours. Je n’en reviens toujours pas…

10 commentaires

  • La Sardine dit :

    Bonjour,
    Je ne sais comment dire ma gratitude pour cette formidable idée, qu’est Artesane.
    J’ai reçu une MAC à noël dernier, et à par quelques réparations de jeans troués et quelques ourlets par-ci par-là, je n’ai rien fait car je ne sais rien faire.
    J’ai d’abord perdu un temps fou sur Youtube à regarder des tutoriels qui piquaient les yeux et les oreilles.
    Sérieusement les filles, si vous n’avez pas une diction à peu près correcte, si vous ne savez pas expliquer les choses simplement et si en plus vous ne savez pas régler la netteté de la caméra… faites un geste pour la planète : abstenez-vous!
    Bref, j’ai lâché l’affaire.
    Ensuite, j’ai pris des cours de couture dispensés par une dame bien gentille, bien rigolote, mais pas pédago pour une tête d’épingle.
    J’ai encore lâché l’affaire.
    Et puis ô miracle, il y a trois jours mon ami Google m’a fait croiser Artesane.
    J’ai acheté neuf cours, j’en ai regardé plusieurs.
    Je suis aux anges. Quel pied!
    C’est exactement ce que je recherchais : des cours de professionnel(le)s filmés par des professionnel(le)s. Le pied ultime, je vous dis!
    Bref, je ne peux que m’incliner devant la fondatrice.

    Merci m’dame!
    Longue vie à Artesane!

  • Bonjour Annie, vos cours sont supers, on sent le professionnalisme.
    Bravo.

  • caroline csm dit :

    je passe l’info sur mon blog : des cours couture en vidéo d’ Annie Coton sur Artesane !
    C’sur Mesure.

  • faitparfa dit :

    Comme j’aurais aimé avoir tes cours avant de me lancer dans la couture en total autodidacte!! Oui j’ai appris toute seule dans mon coin.. avec des bouquins puis des vidéos sur YouTube.. et puis tu as fait ton « entrée  » ton premier cours je l’ai vu et revu, pris des notes et encore aujourd’hui je couds avec mon iPad pas loin de ma machine au cas où… je ne peux que t’encourager à continuer, un grand merci à toi et aux autres professeurs vous êtes au top !
    Une fois encore merci merci et merci

  • Bonjour Anne,
    Pour avoir testé plusieurs de tes cours en ligne et t’avoir rencontrée sur le dernier CSF pour une présentation de la première trousse de couture, je peux témoigner de tout le bien que je pense de toi.
    Les cours sont clairs, agréables et techniques mais pas trop. Je les conseille souvent à mes élèves pour compléter ce que nous faisons en atelier et elles en redemandent!
    Alors merci et surtout continue à nous régaler de tes vidéos et de tes écrits.
    J’attends avec impatience le mois de novembre pour te revoir!
    Gaëlle

  • Machmalau dit :

    Tu sais déjà tout le bien que je pense d’Artesane donc je dirai qu’une chose : je suis ravie que tu portes des chemises dans (quasi) tous tes cours ! Tu sais comment me parler ! 😉
    Grosses bises et hâte de te relire par ici !

  • Que c’est bon de te lire de nouveau !!! Suivant des cours de couture actuellement ( avec marie – émilienne) je n’en ai que tres peu achetés sur Artesane. Par contre le peu que j’ai vus, suivis ! Je les ai adorés. La plupart étaient présentées par toi ( sauf celui pour la robe de LAP). Justement l’interet dans ta présentation est bien celui d’accompagner les couturières débutantes qui comme toi cousent, ont un blog et veulent progresser. Avant Artesane, on a pu voir des merveilles que tu avais cousues sur ton blog Alors tu as toute la légitimité de jouer les professeurs et de nous faire part de ton savoir faire meme s’il n’est pas académique et meme si tu es l’honorable fondatrice d’artesane. Au passage j’en profite pour te dire que les cours sont complets, les étapes importantes sont bien filmées pour une compréhension totale !!! À la fin des cours avec Marie-emilienne ( et accessoirement retournant travailler après ma petite pause) pour continuer à progresser, Je sais deja qu’Artesane est la plateforme idéale et qu’elle sera mon meilleur allié pour aller plus loin dans la couture. Alors meme si tu n’es pas schizophrène et que tu n’es pas dotée d’un don d’ubiquité, nous sommes nombreuses à apprécier que tu sois ici et là …..

  • Anonyme dit :

    J’ai suivi quelques cours sur Artesane et non seulement j’apprends des astuces sur des techniques que je ne maîtrisais pas mais en plus je me régale de pouvoir les révision à mon rythme !!!
    Merci beaucoup Anne-sophie et j’espère que nous continuerons à lire vos très agréables « nouvelles » coutures sur votre blog tout en profitant de nouveaux cours sur Artesane.
    À très bientôt de vous lire…

  • Sylvie "ChebiWoman" dit :

    Chère Anne,

    J’ai récemment commandé et visionné plusieurs des cours Artesane que tu mentionnes dans ton article et je plussoie mon commentaire sur ton précédent article : bravo !

    Le concept, la plate-forme, les cours, c’est top ! Moi qui apprends seule et suit une formation à distance (pas idéal du tout pour ce genre de sujet), je n’avais jusqu’à présent que mon expérience (avec tout ce que cela signifie de ratés, de frustrations, de gâchis etc) un cours de 3 heures un samedi matin sur 2 en one to one avec une couturière expérimentée depuis septembre dernier et mes recherches persos sur la toile.

    Les cours d’Artesane comblent un grand vide car ils apportent de la méthode et montrent véritablement les bons gestes ; ils m’ont dailleurs déjà permis de répondre à des problématiques qui me semblaient inextricables il y a quelques jours encore.

    Alors oui, continue, oui fais un cours plus poussé sur la retouche des patrons et vivement le cours sur les fermetures à glissière… c’est ma bête noire !

    Merci beaucoup Anne, à toi, à toute ta merveilleuse équipe et à tes talentueux partenaires, professeurs et autres bienveillants.
    Longue vie à Artesane !

    Bises
    Sylvie

  • Christine dit :

    Je me joins aux autres lectrices pour te féliciter chaleureusement : tous les « projets » que tu mènes de front sont magnifiques. Et je reconnais bien mes besoins dans les cours que tu proposes et qui me vont bien. Je plafonne comme autodidacte et je ne trouve pas de cours de couture qui me conviennent près de chez moi. Alors je te remercie. Christine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.