Petit haut # 1 : Onyx, rive gauche à Paris

À quelques jours près, voilà deux mois que cet espace est en friche. Je n’avais pas prévu ce temps de jachère, il s’est imposé de lui-même et je me suis laissée aller à la joie mélancolique de cet énième printemps. Et voilà que l’été a surgi, égrenant les journées longues, les soirées roses et le temps qui s’enfuit lentement au rythme des piques-niques sur les berges de ma Seine. À Paris, le mois de juin est un mois heureux : les Parisiennes communient avec leur Cité et chaloupent sur les ponts de Lutèce dans leur robe vaporeuse et leur blazer négligé. De Mirabeau à Alexandre III, des tours du Front de Seine à Notre-Dame, les marronniers et les saules encore tendres encadrent dans l’azur la verrière du Grand Palais et les façades sévères du Palais du Louvre quand dans les matins de ces premiers jours de juin l’on s’aperçoit émue que l’éternité s’enfuit déjà.

Il y a sûrement quelque chose de ridiculement parisien à jouer les touristes nonchalants dans sa propre cité. Qu’importe…je ne m’en lasse pas et troque parfois une tenue plus décontractée pour profiter de cette saison si propre à Paris.

onyx_paprika_patterns_12

Pour passer ces quelques semaines entre le printemps et la torpeur, j’avais très envie de coudre ce que je ne me couds jamais… des petits hauts. L’art du petit haut est quelque chose que je maîtrise mal. Il m’est souvent plus difficile de réussir un projet simple : la simplicité apparente d’un tee-shirt d’une blouse ou d’un débardeur me conduit à me faire rattraper par mes plus inavouables travers et vices couturesques, à multiplier les étourderies, à ne pas adapter suffisamment le modèle à ma morphologie et à laisser traîner mes petits hauts en puissance au fin fond du « sac de la honte » (et je sais bien que je ne suis pas la seule à avoir un sac de la honte…). Bref, jusqu’à maintenant je m’en sortais mieux avec un manteau ou une veste qu’avec un « petit haut : il était grand temps que cela cesse.

onyx_paprika_patterns - copie

J’ai donc jeté mon dévolu sur le patron Onyx créé par Lisa de Paprika Patterns, pour entamer ma rééducation à la couture des petits hauts. Au moment du lancement de la marque il y a quelques mois, Lisa avait suggéré que celles qui le souhaitaient se portassent candidates pour faire partie de son groupe de testeuses (en amont du processus de création) ou de contributrices (en aval du patron). J’ai beaucoup apprécié ce principe fondé sur le volontariat : quand Lisa crée un nouveau patron, elle me propose de le tester (avant la date de sortie donc) ou d’en faire la revue de façon tout à fait libre et sans engagement de date ou de ton de l’article après la sortie. Il s’agit donc d’un choix réciproque : je me porte candidate si le dessin technique du patron me plaît et Lisa me choisit si mon style lui semble correspondre à son patron.

Je ne me suis pas portée candidate pour tester ce patron par manque de temps mais ayant beaucoup apprécié l’allure du dessin technique j’ai eu envie de me lancer. L’engagement moral que j’avais pris envers Lisa était pour moi la meilleure des contraintes pour enfin progresser en « petits hauts ».

onyx_paprika_patterns_11

 J’ai donc décidé de la jouer « classique ». Avant de m’autoriser des matières plus fluides, je voulais avoir une ou deux blouses en coton. Cela dit ce choix m’effrayait un peu : j’avais peur qu‘Onyx   dans sa version coton ne m’aille pas aussi bien qu’à Lisa car j’ai un peu plus de poitrine…l’angoisse « sac à patates et montgolfière » est sans doute l’une des raison pour laquelle je crains toujours un peu les petits hauts et les blouses sans pinces que je trouve toujours si jolis sur les autres. La coupe avait cependant l’air semi-ajustée à la taille ce qui m’a encouragé à tenter le coup.

onyx_paprika_patternsPour éviter les catastrophes, je ne me suis permis aucun écart : j’ai fait une toile. Projetant de réaliser plusieurs Onyx, j’étais prête à passer le temps nécessaire pour faire du patron un basique sur mesure. Logiquement, compte-tenu de ma morphologie, je me suis retrouvé un peu étriquée au niveau de la poitrine. J’ai donc réalisé un ajustement pour forte poitrine et j’ai même pensé à prendre des photos pour un réaliser un troisième tutoriel (les deux premiers sont ici et ) sur ce type d’ajustement lorsque le buste ne présente aucune pince : rien de très original dans la méthode que j’utilise mais je n’ai rien trouvé en français…je vais donc faire ce que je peux pour être claire et publier ce tuto au plus vite.

onyx_paprika_patterns_14

Je suis franchement contente du résultat : j’obtiens exactement la base que je voulais pour un haut manches courtes déclinables.

C’est un patron simple et rapide à coudre : j’ai mis deux heures en utilisant des coutures anglaises absolument partout et en faisant mon ourlet à la main. Ravie de cette première version, j’ai donc décidé de m’astreindre (et vous l’avez compris….en couture c’est plutôt quelque chose que j’évite) à en couper trois autres pour les coudre à la chaîne : au menu des prochaines semaines, trois Onyx que j’espère vos présenter en même temps, l’un dans un satin de coton plus fluide, l’autre dans un crêpe de Chine uni et le troisième en double gaze.

onyx_shirt_paprika_patterns_1

Je suis donc convaincue tant du soin apporté à la conception de ce patron que de sa capacité à devenir un basique de mon armoire. À titre personnel, j’ai apprécié la coupe semi-ajustée à la taille, les épaules volontairement  tombantes (même si je pense que ce choix esthétique sera mieux servi par un tissu un tout petit peu plus fluide), la finition des manches courtes avec une patte de boutonnage décorative et un revers. Ce sont ces détails qui m’avaient plu sur le dessin technique et dont j’ai pu constater qu’ils étaient conformes à ce que je m’imaginais une fois ma première version cousue.

onyx_paprika_shirt_2

Le seul point qui aurait pu me fâcher un peu, c’est la finition choisie pour l’encolure, puisqu’il s’agit d’une finition au biais. Et bien….je dois avouer que Lisa m’a réconciliée avec ce type de finitions : non seulement Lisa prend le temps au sein du patron de vous donner précisément la marche à suivre pour réussir votre pose de biais sans rigidité ou plis disgracieux, mais elle ajoute un tutoriel photos et vidéo sur ce point  disponible sur son site. Sa méthode m’a été particulièrement utile et même si le résultat n’est pas encore aussi parfait que je le souhaiterais, j’ai le sentiment d’avoir progressé et d’avoir la bonne marche à suivre.

onyx_dessin_technique_paprika_pattern

Cela me mène de manière plus générale à la qualité globale du patron de Lisa dont vous voyez le dessin technique au-dessus de ce paragraphe. Son patron est certes simple mais je trouve qu’il est extrêmement travaillé. Il est versatile et déclinable (jetez un oeil aux encolures, aux découpes de la taille et aux options pour les finitions des manches…). Les explications sont vraiment bien illustrées, elles me paraissent claires, bien conçues, et détaillées. Deux tutos photos sont exclusivement destinés à Onyx sur le site et ils sont simples et efficaces. Vous trouverez aussi des informations sur le bon choix des tissus. Dans le cas de la version présentée, il s’agit d’un tissu imprimé que j’avais commandé chez Pretty Mercerie, contenant 93% de coton et 7% de spandex. Ce tissu a déjà été lavé plusieurs fois et n’a pas bougé.

onyx_paprika_patterns_3

Les marges de couture sont incluses mais sont différentes selon les parties du vêtement concernées. La marge de couture de l’encolure ou des emmanchures est plus étroite que celles des  couture côtés. J’ai trouvé ce système vraiment bien conçu. Il m’a permis d’être précise. Bref Lisa fait encore peu la promotion de sa marque et est de nature plutôt discrète mais je trouve que ses patrons sont travaillés et valent vraiment le coup. Ils sont pour l’instant uniquement disponibles en anglais et en pdf. Le pdf est proposé en deux versions : imprimable à la maison sur des feuilles A4 ou chez un imprimeur sur du papier grand format. Dans le cas de ce modèle, le pdf n’est franchement pas gênant car il n’y a pas énormément de feuilles   à scotcher.  Je souhaite à  Lisa de trouver rapidement sa clientèle en France où elle vit depuis quelques mois pour l’encourager à nous proposer aussi ses patrons en français 😉

Le nécessaire

NécessaireDescriptionCoût
Tissu et fournitures1m de coton de chez Pretty Mercerie
1 m de biais assorti
2 boutons de mon stock personnel
des chutes de thermocollant
1m : environ 16 euros
et rajouter 1,50 de menus fournitures (boutons et biais)
17,50 euros
PatronPatron PDF de la blouse Onyx, dit "Onyx Shirtde Paprika Patterns11 dollars
ModificationsJ'ai ajusté le patron au niveau du buste car je fais un 91 de tour de buste et que j'ai choisi une taille 2 correspondant à mes mensurations au niveau de la taille et des hanches mais à 84 cm de tour de buste.Je pense que ce modèle est un excellent modèle pour commencer:)

onyx_paprika_shirt_1

Je vous laisse avec un petit « podcast créatif ». Je ne suis pas sûre qu’il réponde réellement aux critères permettant de définir un podcast créatifs mais j’ai trouvé cela amusant de vous présenter en mouvement et en contexte quelques uns des vêtements cousus récemment. Je ne suis pas une mannequin parfaite mais j’ai fait comme je pouvais. Voici  donc….Onyx, rive gauche à Paris :

29 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.