Qu’est-ce qu’un tissu?

J’aime les tissus! Je crois que cette passion aussi dévorante qu’une soie peut être « dévorée », justifie à elle seule mon amour déraisonnable pour la couture. J’aime leur tombé, leur motif, leur toucher; j’aime qu’ils s’entassent nonchalamment, j’aime les plier, les déplier, les étendre, les jeter dans un coin, les draper sur un mannequin, les faire crisser entre mes doigts et les passer sur ma joue pour voir s’ils seront agréables à porter. J’aurais bien aimé vivre à Venise  en plein Quattrocento : à n’en point douter, j’aurais été la meilleure drapière à plusieurs lieues à la ronde et  j’aurais vogué sur les mers à la recherche des plus belles étoffes….(décidément, je ne vous épargne aucun fantasme  absurde). Et pourtant la réalité est beaucoup plus sordide : plus j’apprends à coudre, plus je me rends compte de mon ignorance crasse en matière de tissus. Basta : j’ai décidé d’apprendre à connaître ce que je chéris.

tissus_annie_coton_15

Comme je ne savais pas trop par où commencer et comment organiser cette nouvelle rubrique du blog, j’ai sorti (une partie de…) mes tissus et j’ai attendu l’inspiration. À force de poireauter  avec l’air un peu stupide devant mes étoffes chéries, j’ai gambergé : quelle différence existe-t-il entre un tissu de bonne qualité et une piètre étoffe? un « beau tombé », concrètement ça veut dire quoi? Où se situe la frontière entre un tissu fluide et un tissu rigide? Comment les tissus sont-ils teints? Et dans cette ribambelle d’étoffes suspendues, lesquelles rétréciront au lavage? Peut-on trouver des avantages au synthétique? Pour quelles raisons le Liberty of London coûte-t-il les yeux de la tête? Un beau tissu est-il forcément cher? Quels sont les avantages des tissus biologiques?

« Tempête sous un crâne »… Le soir commençait à tomber.

tissus_annie_coton_9

J’ai contemplé mon océan textile et j’ai tâché de reconnaître chacun de mes tissus. Au loin, j’apercevais les cotons et les cotonnades. Je n’en savais pas d’avantage sur ceux dont j’ai pourtant adopté le nom de famille comme pseudonyme. « La honte », comme on dit à quinze ans! (Peut-être ne dit-on plus cela? quoiq u’il en soi, moi la bolosse des étoffes, j’avais le seum!) Comment reconnaître une batiste d’une popeline?  À dire vrai, je ne savais même pas s’il existait une différence sémantique entre un coton et une cotonnade.

Grâce aux étiquettes encore présentes sur certains d’entre eux j’ai néanmoins pu procéder à une reconnaissance en bonne et due forme :

tissus_annie_coton_1Sur la photo qui précède on aperçoit donc : un natté de laine bleu marine, une bourrette de soie noire et blanche et un tweed noir…continuons notre promenade.

tissus_annie_coton_2

Tiens, en voilà d’autres : une flanelle de coton rouge et bleue, un voile de coton et soie fleuri, un plumetis blanc, un coton orange, un deuxième coton japonais, un Liberty qualité Tana Lawn fleuri, un brocard polyester et coton, un jersey marin en coton et encore un coton à carreaux. Pour l’instant je serai bien incapable de vous dire quelle est la différence entre le coton à carreaux, le coton orange et le coton japonais : pourtant au toucher, j’ai la certitude que ce ne sont pas les mêmes tissus. Ne nous arrêtons pas là : photo suivante!

tissus_annie_coton_4

 Voilà un polycoton (kézako?), un jersey de coton molletonné et tubulaire vert d’eau, une laine et cachemire chevronnée et un lin rouge.

Nous voilà donc bien avancé-e-s! Le constat est sévère : je sais reconnaître 80% de mes tissus mais de façon imprécise et sans pour autant savoir comment ils sont faits et s’ils sont de qualité. Cela dit, maintenant que je mesure l’étendue de mon ignorance, je vois mieux comment organiser cette rubrique. Je vais tenir avec vous mon journal des tissus. Je vais apprendre à connaître un peu mieux chaque étoffe, ses propriétés, la qualité et le tissage des fibres qui la composent. Pour cela je m’aiderai des richesses de la toile et des diverses encyclopédies de couture que je trouve dans ma bibliothèque. Cela m’aidera à comprendre comment mieux les choisir et les coudre et à construire des fiches récapitulatives pour chaque tissu. J’essayerai aussi d’interroger les personnes dont le tissu est le métier à chaque fois que j’ai l’occasion d’en rencontrer : drapier, éditeur de tissus ou vendeurs…Puis je retranscrirai dans cette rubrique ce que les gens du métier m’auront transmis.

Vous êtes partant-e-s? Est-ce que cela a un intérêt pour vous que je publie ici ces fiches récapitulatives?

(Un mois plus tard j’ai avancé dans mes recherches et je me suis rendue compte de mes imprécisions…j’ai donc corrigé mes erreurs et réparé mes oublis en rouge dans la suite de ce billet).

Avant de commencer mon exploration,  j’ai eu envie de comprendre ce qu’était un tissu. Commençons donc par répondre à la question hautement philosophique du jour  :

« Qu’est-ce qu’un tissu? »

Première correction : je pose une mauvaise question. J’aurais dû intituler cet article « Qu’est-ce qu’un textile »? ou « Qu’est-ce qu’une étoffe »? En effet le terme « tissu » est réducteur puisqu’il ne désigne que les étoffes tissées. Parler de tissu pour désigner un jersey n’est donc pas exact…c’est une étoffe maille. Il n’est pas non plus juste de parler de tissu pour des étoffes faites de fibres emmêlées (fusionnées?) entre elles, ce sont simplement des étoffes non tissées.

Un tissu est un ensemble de fibres entremêlées selon différentes techniques. Une étoffe se définit donc par deux caractéristiques essentielles :

  • sa fibre
  • sa construction

1. La fibre du tissu

Les fibres textiles peuvent être naturelles. Elles peuvent être d’origine animale, végétale ou même minérale : le lin, le coton, la soie ou encore la laine sont des fibres naturelles.

 

Lin et coton avant transformation

Lin et coton avant transformation

Elles peuvent aussi être synthétiques: l’acétate, l’acrylique, le nylon, le polyester ou la viscose sont des fibres synthétiques. Certaines de ces fibres synthétiques sont fabriquées à l’aide de produits chimiques mélangés à des fibres naturelles. D’autres sont fabriquées uniquement à partir de produits de synthèse.

Là encore, il est plus que temps de corriger quelques imprécisions. Il aurait été plus juste de parler de fibres chimiques. Les fibres chimiques se divisent en deux catégories. les fibres artificielles et les fibres synthétiques. 

  • fibres artificielles : généralement, elles sont fabriquées à partir de la cellulose que l’on trouve dans certains végétaux (comme le pin ou le bambou). Ces fibres végétales ne sont pas filables à l’état naturel et pour cette raison, elles nécessitent des transformations chimiques. La viscose ou l’acétate sont des fibres artificielles.
  • fibres synthétiques : la plupart d’entre elles sont fabriquées à partir de …pétrole ou de recyclage de matière plastique. Le polyester est le matériau synthétique le plus connu mais on peut aussi citer le polyamide ou l’acrylique ou l’élasthanne.
La formule chimique de la viscose lui permet d'avoir cette fluidité s particulière

La formule chimique de la viscose lui permet d’avoir cette fluidité si particulière

Chaque fibre a des propriétés différentes : une fibre peut absorber plus ou moins bien l’humidité, être plus ou moins froissable, être teinte plus ou moins facilement, rétrécir ou non au lavage….

2. La construction du tissu : tissage ou tricot ou tissu feutré?

 Il existe trois grands types de construction du tissu,(j’aurais dû écrire d’un textile) c’est-à-dire de façon d’entremêler les fibres. Une étoffe peut être tissée, tricotée  ou feutrée.

  • Le tricot caractérise les tissus mailles (un jersey ou un interlock par exemple). Une étoffe tricotée est donc conçue en liant des fils bouclés ensemble.
Le tissu jersey est conçu à partir du point jersey bien connu des tricoteuses et trictoteurs de tous les pays;)

Le tissu jersey est conçu à partir du point jersey bien connu des tricoteuses et trictoteurs de tous les pays;)

Le tricot est un mode de construction du textile qui lui confère une élasticité naturelle. Un jersey ne contient donc pas forcément de l’élasthanne.

  • Un textile tissé est composé de fils horizontaux et verticaux qui se chevauchent et se croisent à angle droit. C’est ce que l’on appelle… « le chaîne et trame »

Parmi les tissages les plus connus, on peut citer le tissage simple (c’est la popeline!) le tissage sergé, l’Oxford, le tissage à chevrons ou encore le tissage satin….

De gauche à droite : le tissage simple ou "popeline", l'Oxofrd et le sergé

De gauche à droite : le tissage simple ou « popeline », l’Oxford et le sergé

Nous autres couturier-e-s, nous prenons souvent garde au sens du droit fil pour positionner les pièces de notre patron sur notre tissu. Le droit fil correspond au fil de  chaîne qui est le plus fort et qui court dans le sens vertical du tissu. le fil de trame croise le fil de chaîne à angle droit, c’est donc le fil qui court horizontalement. Couper un tissu dans le droit fil revient à couper les pièces dans le sens de tissage vertical du tissu. Pour être claire, le tombé naturel du tissu épouse le droit fil. Il est donc logique de positionner un pan de jupe dans le sens du droit fil pour que la jupe épouse le sens naturel vers lequel veut aller le tissu. En somme, faire attention au droit-fil c’est accepter que les lois de la physique et de la gravité. Grâce au droit fil, nous sommes nous aussi des Archimède de la couture.

On peut néanmoins couper un tissu tissé dans le biais c’est-à-dire couper une pièce du vêtement dans le sens d’une bissectrice imaginaire (la dernière fois que j’ai utilisé le terme de bissectrice je devais avoir quinze ans de moins…) qui couperait  l’angle formé par le fil de chaîne et le fil de trame en son milieu. C’est dans ce sens que la pièce coupée aura la plus grande élasticité. Le tombé du tissu est très différent selon que l’on coupe dans le biais ou dans le droit fil. Ce sujet mérite à lui seul un article et si ça vous intéresse, j’essaierai d’y revenir plus précisément.

  • Le feutrage est un procédé qui consiste à mélanger entre elles des fibres minuscules puis à les étaler et les presser ensemble. C’est un procédé moins courant que les précédents.

 

 

Feutrine et chapeau melon en laine feutrée

Feutrine et chapeau melon en laine feutrée

 

 En somme le tissu est une façon d’agencer un ou plusieurs type de fibres entre elles afin de pouvoir modifier ou accentuer certaines de leurs propriétés. Après cette grande découverte, je commence à imaginer comment je vais construire mes fiches sur chaque tissu que je « découvrirai ». Je m’intéresserai à la matière utilisée, à son mode de tissage, à l’histoire du textile en lui-même et à ses propriétés puis j’essaierai de comprendre au mieux comment la traiter concrètement en répondant aux questions suivantes :

– comment couper le tissu (faut-il utiliser un plan « avec sens ») ?

– quelles coutures sont appropriées (simple, surjet, coutures anglaises, etc)  pour ce tissu?

– quel fil et quelle aiguille utiliser avec ce type de tissu?

– comment le laver et le repasser?

– comment reconnaître la qualité de ce tissu?

Alors,vous me suivez? Si ça vous dit, je commence très vite avec le chambray de coton!

Allez, je remballe pour cette fois…

tissus_annie_coton_8

58 commentaires

  • André BREUX dit :

    Je suis à la recherche d’une personne qui pourrait m’aider à définir des qualités de tissus pour faire travailler des couturiers Africains

  • caroline csm dit :

    …et bla bla , et je me gratte le crâne, je cherche dans mes archives sur le net… comme vous je m’y perd , mais je vais y arriver à mon article sur la notion de coupe des tissus ! merci pour votre charment blabla plein d’humour !

  • Tiphaine dit :

    Merci pour cet article très intéressant, j’attends la suite avec impatience !

  • Anonyme dit :

    J’espère,beaucoup une suite à cet article que j’ai trouvé super intéressant… j’ai hâte d’en apprendre plus!

  • seb dit :

    Un blog passionnant, de l’humour et de l’information précise et concise. Très pédagogique, c’est exactement ce que je cherchais. Je ne couds pas mais je regarde simplement les étiquettes sur les vêtements pour voir le lien entre ce que j’aime porter et la matière, ce que j’aime dans un tissus ou un autre et pourquoi. De fil en aiguille (désolé c’était un peu facile), par curiosité je me suis posé des questions pour aussi ne pas acheter n’importe quoi à n’importe quel prix ! J’ai simplement poser la question dans mon moteur de recherche : « Qu’est ce qu’un tissus de qualité ? » et ton blog est apparu en premier. Une découverte donc impressionnante. Je retrouvais mes questions avec LES REPONSES !! Bon courage et merci de contribuer si bien à faire des Hommes des personnes responsables. J’attends bien sûr la suite avec impatience.

    • Annie dit :

      Merci pour ce message…cela me fait toujours vraiment plaisir quand la gente masculine passe par ici! Et ça tombe bien la suite de cet article devrait arriver sous peu…allez, disons d’ici une semaine! A très vite Seb!

  • caro dit :

    Oh la la !! Mais ce dans quoi tu te lances ma parait à la fois énorme et absolument passionnant !! J’ai hâte de découvrir la suite !!

  • littlekouak dit :

    Wouaaa mais quelle entreprise intéressante! Je vais la suivre également et je pense apprendre bien des choses.

  • J’ai des progrès à faire pour maîtriser la bête informatique ! N’ayez aucun scrupule à effacer les commentaires surnuméraires !

  • Bonsoir, je viens d’écrire un message qui s’est évanoui alors je récidive. Je découvre votre blog via l’annexe dilettante et je tombe sous le charme de ce projet de taxinomie du tissu. Le goût de la couture va de pair avec celui des mots, c’est évident, et c’est une vraie jubilation que d’apprivoiser un vocabulaire technique. C’est en nommant qu’on apprend à connaître le monde et je rêve depuis toujours d’une petite flore portative des tissus, d’une encyclopédie du chiffon. Je suis séduite par les personnes que vient hanter le « démon de l’exhaustivité » et je me retrouve tout à fait dans ce projet déraisonnable. J’apprends à coudre en faisant mes gammes pour mes filles avec des tissus chinés chez Emmaüs, je suis donc bien en peine de nommer ce que j’achète, n’ayant nul vendeur un peu expérimenté sous la main. Alors je m’en vais suivre assidûment cette chronique… et feuilleter tranquillement ce blog dont je sens déjà que la langue primesautière à l’envi et précieuse sans excès me plaira. Merci à vous.

    • Annie dit :

      Merci beaucoup pour vos messages (n’ayez crainte, je suis moi aussi la reine des messages évanouis). Je vais essayer d’être le plus rigoureuse possible même si j’ai bien conscience que l’entreprise dans laquelle je me lance me dépasse un peu… A très vite!

  • Bonsoir. Je découvre votre blog via l’annexe dilettante… et je tombe sous le charme de ce projet de taxinomie du chiffon. Le goût de la couture et des tissus va de pair avec celui des mots, c’est évident. Et c’est une jubilation que d’apprivoiser un vocabulaire technique précis. Apprenant la couture en pure autodidacte comme beaucoup (ma mère s’étant émancipée en dédaignant cette activité trop strictement féminine), je me fais quotidiennement la même réflexion : je ne sais pas reconnaître les tissus or c’est en nommant qu’on découvre le monde. Je rêve d’une petite flore portative des tissus. Je me reconnais dans cette laborieuse entreprise encyclopédique et j’aime les gens que vient hanter « le démon de l’exhaustivité ». J’apprends à coudre en cousant pour mes filles, essentiellement avec des tissus chinés chez Emmaüs, si bien que je suis bien en peine de savoir ce que j’achète et je n’ai nul vendeur pour m’aiguiller, hélas. Je vais donc suivre assidûment ce projet tout spécialement même si c’est une gageure que de parler chiffons sans les toucher. Quant au reste du blog, je m’en vais le feuilleter tranquillement. Je sens déjà que j’en aimerai la langue primesautière à l’envi et précieuse sans excès.

  • lou dit :

    Je découvre ton blog, de belles coutures, et cet article est très intéressant…
    A bientôt!

    • Annie dit :

      Merci beaucoup! Ce qui me plaît avec de si gentils commentaires c’est qu’ils sont aussi pour moi l’occasion de découvrir de nouveaux blogs. Je file donc me perdre chez toi!

  • ThéaCroQuer dit :

    Merci pour cet article très intéressant, vivement la suite !

  • powings dit :

    Article très intéressant, j’ai beaucoup coudre j’ai du mal parfois à différencier certaines matières ou autres….Hate de lire tes prochains articles !!

  • Kalua dit :

    Bonjour Annie, ton article est très intéressant. Je suis moi aussi un passionnée de couture (tu peux aller voir sur mon blog mes dernières créations), et j’ai toujours voulu en savoir plus sur la fabrication des textiles… Au point que j’en ai fait ma « spécialité » ! J’ai donc fait des études dans le domaine, et je suis ingénieur textile. Malheureusement, il est difficile pour moi de trouver un poste (en France) qui me permette de mettre toutes ces informations en pratique…
    Pour compléter ton article, il faudrait plutot l’appeler « qu’est ce qu’un textile? », car vous tu le dis, le tissu est un type de textile, comme le tricot ou le non tissé. Le feutre est un type de non tissé, il existe plusieurs procédés pour en fabriquer : par exemple, la vieseline est un type de non tissé, enduit d’un produit thermocollant.
    On fait aussi la distinction entre fibres synthétiques, faites à partir de produit chimique (polyester), et fibres artificielles qui sont fabriquées à partir de produits « naturels », comme la viscose dont la matière première est la fibre de bois.
    Si tu as des questions, je peux t’aider pour un prochain article : tissage, tricotage, filature, teinture, impression, finition, enduction… N’hésite pas !

  • Grenadine dit :

    Oh que oui, ça m’intéresse beaucoup beaucoup, pour la couturière débutante que je suis tes articles seront une mine d’or ! En ce moment, j’ai ENVIE de coudre, j’ai trouvé plein d’anciens numéro de Burda d’occasion bourrés de patrons qui me plaisent énormément, mais voila, je ne couds pas parce que je ne sais pas comment choisir le bon tissu et j’ai peur de me louper… Merci pour ce beau projet, sois sûre que je te lirai (et avec grand plaisir, j’aime bien ton écriture !).

  • CLAIRE dit :

    Merci pour cet article très intéressant ! Comme toutes les couturières je pense, moi aussi j’aime les tissus, les regarder, les toucher… Pour leur composition, mon petit marchand du marché me guide et m’apprend même des astuces pour les reconnaitre (bruler un morceau de tissu et l’odeur dégagée permet de savoir si il y a de la laine …)
    Vivement le prochain !

    • Jeana dit :

      Please i want to know if you are cosrndeiing a author for the site. You possess some really great articles and Personally i think I has to be good tool. If anyone ever want to take some of the load away, I’d absolutely love to write a few material for ones blog in trade for a hyperlink back for you to mine. Please mail me an email if serious. Thanks!

    • http://www./ dit :

      The lure of King Kong is appealing,We share an incredible feeling,He broke down my door,Drove my bed through the floor,And left hair all over the ceiling.

    • you’re truly a just proper webmaster. The website loading velocity is wonderful. It kind of feels that you are doing any distinctive trick. Also, The contents are masterwork. you have performed a fantastic job in this topic!

  • CLAIRE dit :

    Merci pour cet article très intéressant ! Comme toutes les couturières je pense, moi aussi j’aime les tissus, les regarder, les sentir entre mes doigts, voir si ils vont froisser ,sentir leur douceur …Mon petit marchand de tissus du marché me guide et m’apprend des astuces pour les reconnaitre ( bruler un petit morceau et selon l’odeur dégagée on sait si le tissu ..comporte de
    la laine…)
    J’ attends le prochain article avec impatience !

  • Oh ! que OUI … cet apprentissage m’intéresse … Comme toi j’ai une belle collection de tissus mais je ne sais pas toujours de quelle matière ils sont faits … Bref partante pour te suivre dans cet apprentissage.

  • Elodie dit :

    Mais quelle formidable idée ! Je te suivrai, c’est sûr ! Moi aussi je m’interroge souvent sur la nature du tissu que j’ai sous les yeux et je suis une vraie ignorante à ce sujet… c’est d’ailleurs mon regret (pour le moment, grâce à toi, je vais vite en savoir plus !)

  • Polina dit :

    Un vrai chant d’amour que tu adresses à cette matière ! En effet, tu aurais fait une drapière remarquable, fine connaisseuse de la noblesse du tissu…

  • Céline dit :

    Un sujet extrêmement intéressant et un style enlevé qui ajoute au plaisir de la découverte! J’ai hâte de lire la suite!!

  • Mimoutch dit :

    Merci pour cette vulgarisation intéressante et passionnante. Je lirai avec plaisir la suite de tes articles, j’avoue que j’en voulais encore à la fin !

  • Fanny dit :

    Ton article est hyper intéressant, j’ai vraiment hâte de lire la suite de tes questionnements existentiels 🙂 Quand je me souviens des premiers tissus que j’ai acheté quand j’ai commencé à coudre, au secours…c’est un réel apprentissage en fait cette histoire ! Je crois que j’ai la même « bourette de soie » noire et blanche que toi ^^…Sacrés coupons ? bref, encore un plaisir à lire ton article ! et j’ai hâte de connaître la suite de la veste chanel…héhé !

  • Keridwen dit :

    C’est important de se poser ce genre de questions pour s’améliore en couture. Je me les pose aussi, j’ai élucidé certains mystères, par exemple je sais maintenant distinguer la batiste de la popeline (le 1er tissu a un tissage plus fin et plus souple, c’est le tissu Liberty Tana lawn), que la gabardine, c’est du sergé… mais ne j’ai pas fini de découvrir toutes les ficelles du domaine et c’est jamais fini. C’est d’autant plus compliqué que nous n’avons pas étudier la couture à l’école et que ce genre de questions ne trouvent pas facilement de réponses sur le net ni dans les livres d’ailleurs car ça implique de manipuler les tissus, de les voir de très près et puis il y a les trucs et astuces. D’ailleurs, une couturière d’un magasin de tissu m’a un jour donné une astuce pour distinguer une fibre naturelle d’une fibre synthétique, on peut faire brûler un petit bout de tissu et voir comment il se comporte. S’il garde la même souplesse, c’est du naturel. S’il fond ou se rigidifie, c’est du synthétique. Il y a aussi l’odeur qui peut mettre la puce à l’oreille. Par contre, ça ne marche pas vraiment pour la laine.

  • Je suis complètement bluffée par ce projet encyclopédique et pharaonique ! Bravo ! Je suis comme toi (bien que je te présumes bien trop modeste pour admettre que tu en connais plus que tu ne dis) bien ignare des subtilités du coton ! Encore bravo pour cette initiative, et oui ! je lirai avec intérêt tes fiches pour améliorer les fiches descriptives de mon énorme stock !

  • Pititehelene dit :

    Super! Ça fait longtemps que je me pose ce genre de questions sur les différents types de tissus et leur confection donc je suis ravie de ton article et de ceux à venir!!!

  • Emilie dit :

    Sujet vraiment très intéressant et article très bien écrit. Très envie de lire tes futurs articles sur le sujet !

  • julie dit :

    Ohlala, moi qui débute dans la couture, cet article est une petite mine d’or! Merci pour tout ce travail!

  • Wouahouuuu quel boulot ! Je crois que je lis tout ça trop tard, mon cerveau est hs !!! 😉 moi aussi je suis un peu inculte de ce côté la… Jamais trop tard pour apprendre 😉

  • Charlotte dit :

    Oui ! oui! oui!
    J’adorerais en apprendre plus sur les tissus! Moi aussi j’ai beaucoup de mal à faire la différence entre les cotons,etc.. Et c’est pourtant bien là le nerf de la guerre!
    Au plaisir donc de te lire sur les différentes étoffes. Bravo!

    Charlotte

  • Machmalau dit :

    Ouuuuuh que cette idée me plaît !!! J’attends avec grand plaisir la suite 🙂 et si jamais tu ne sais pas de quoi parler après le chambray de coton, je veux bien en apprendre sur le Liberty… Mais bon, je dis ça je dis rien 😉

  • Marisa dit :

    Très bonne idée cette rubrique, toujours de très jolies photos, continue je te lirai avec plaisir!

  • Yanoudatoi dit :

    Cet article est passionnant! vivement la suite!

  • Béné dit :

    Avec ce 1er article j ai déjà l impression d avoir appris des tas de choses alors pour les suivants je suis plus que partante! Merci de mener l enquête !!

  • pauline dit :

    Quel article génial! Je comprends ta passion pour les tissus en général…je pense avoir également attrapé le virus…vivement le prochain article!

  • gabyz29 dit :

    Je suis à milles lieux de me poser toutes ces questions sur le tissu mais je pense que si l’on veut progresser en couture, cet apprentissage est nécessaire.
    Tu as fait un super boulot et toutes tes explications sont limpides.
    Alors oui, c’est avec un grand intérêt et un grand plaisir que je suivrai tes fiches pratiques, afin de maîtriser un peu mieux notre passion…
    Merci beaucoup

  • Oui je suis emballée par ce type d’article car depuis que j’ai commencé la couture je me suis souvent posée les questions auxquelles tu vas tenter de répondre au fur et à mesure sans en trouver la réponse sur le net.
    Bien sur que j’aurais pu aller en bibliothèque faire ces recherches mais la couture est pour moi un loisir et je n’ai pas forcément le temps d’apprendre à coudre et de connaître les tissus…
    Merci pour cette initiative heureuse ! Bon dimanche.

  • bymartine dit :

    Merci pour ce super article et j’attends avec impatience les suivants. Ma collection personnelle commence à déborder des placards, mais c’est du pur plaisir…

  • annick dit :

    je recommande trois petit livres bien utile :
    all about silk :isbn:780 963761200
    all about wool 780963761224
    all about cotton 780963761231
    de julie parker
    ces livres viennent avec des échantillons des tissus décrits
    fabrics references series
    une page avec échantillon en face page avec les caractéristiques du tissu ensuite on peut augmenter avec ses propres échantillons cordialement

  • Hélène dit :

    Merci pour cette excellente synthèse. Je saurai enfin distinguer la popeline, l’Oxford et le sergé! Reconnaître la qualité d’un tissu est peut-être la chose la plus importante qu’on apprend à mesure que l’on progresse en couture. Les premiers achats de tissu sont presque toujours navrants…

  • tigerWishes dit :

    Cet article est tellement bien, bravo ! j’ai hâte d’en lire d’autres, moi qui suis très très mauvaise pour reconnaître un tissu, ça va être très instructif !

  • Béatrice dit :

    Merci pour ce petit cours. Personnellement j’ai une préférence bien marquée pour les fibres100 % naturelles et je donne en général toujours la priorité à ces tissus.
    Une petite viscose parfois car elle a un tombé gracieux et romantique.
    J’ai été frappée du prix du tissu que Coco Chanel achetait à des anglais. je m’imaginais une composition 100 % naturelle, j’avoue que j’ai été déçue et surtout pour le prix !

    • annick dit :

      Il ne faut pas croire cela
      les collections de tissus exclusifs chanel haute couture sont pure laine et pas vendus
      mais la collection pour la vente sont des tissus mélangés

  • Gabrielle dit :

    Tout ce que vous dites m’attire beaucoup. Il est exact que lorsqu’un tissu me convient (couleurs, fluidité, impressions) et que je cherche un modèle, les deux ne vont pas toujours ensemble. Et je m’en aperçois quand le tissu est coupé, bâti, repassé et…fini. Alors, je trouve qu’il manque de souplesse, qu’il tombe mal. En fait au point de vue technique ( coutures repassées, droit fil observé, etc…), ça va. Mais le reste ne va pas. Pourquoi ? Parce que JE n’ai pas choisi le « bon » tissu…Et comme vous le dites, je ne suis pas la seule. J’ai en mémoire un tissu acheté par une amie qui souhaitait que je fasse une robe pour sa fille. La vendeuse lui avait vendu un Liberty qui m’a paru beau et bien. Catastrophe ! La robe une fois finie était moche de moche, le tissu manquait de souplesse, était raide..Et pourtant la vendeuse l’avait vendu pour confectionner une robe. Alors, je suis perdue, je ne sais que penser.

    Mon truc en ce moment est d’acheter un métrage de tissu qui me permettra de me faire un petit haut. Je teste et si ça va, je cours acheter un métrage pour une robe…Pas facile…Merci de vos conseils ! Je vais couper une veste . J’espère que tout va aller…

  • Cet article est un vrai bonheur! Comme toi et de nombreuses autres, j’adore regarder, toucher, plier…bref tout ce que tu as déjà énoncer plus haut et tout comme toi, de nombreuses questions m’assaillent quotidiennement quant à la nature, le choix, la qualité. Un grand merci et un grand bravo pour cet article et les autres à venir!!!

  • seigneur dit :

    Quel merveilleux article!Empreint de poésie,et instructif.Et puis c’est la prelmière fois que je lis quelque chose s’apparentant à ce que je ressens .En effet ,lorsque je rentre dans un magasin de tissus,ou lorsque je me promène sur les sites de tissus que j’aime,je suis comme une folle.J’achèterais tout,je les coudrais, je les classerais par couleurs, je les dessinerais ,j’en ferais un roman…quand je voyage,la première chose que je rapporte,c’est un métrage de tissu ,du coup, j’en ai d’un peu partout. merci pour ce bon moment.Je pars dans l’atelier, les toucher, imaginer les travaux avenirs. marguerite la petite

    • Béatrice dit :

      En général, quand on achète un patron, le tissu conseillé est toujours noté, il vaut mieux suivre les conseils. Quant au Liberty qui tombe mal …. personnellement j’adore le tombé de ce tissu, peut-être que le modèle ne convenait pas à ce tissu. J’aime par exemple les jupes froncées en liberty, ça tombe toujours très bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.