Veste # 4 : la veste Saler affronte les averses printanières

Il y a quelques jours, au petit matin, avant de commencer ma journée de travail, j’ai emmené ma fille et ma veste Saler chez Mireille. À vrai dire, je ne savais pas très bien qui était Mireille et d’où je tenais son adresse, mais qu’importe! J’aimais ma nouvelle veste et j’avais envie de lui offrir des boutonnières à la hauteur du travail fourni par Pauline Alice sur ce patron : quand il s’agissait de boutonnières, les parisiens se refilaient l’adresse de Mireille sur le ton de la confidence. Au 21 de la rue des Petits Carreaux, à quelques encablures de l’école de la chambre syndicale de couture parisienne et à l’orée du Sentier, j’ai poussé la porte d’un vieil immeuble. J’ai traversé la cour pavée et me suis engagée dans les escaliers contournés jusqu’au dernier étage. Un panneau défoncé m’invitait à entrer sans frapper mais la porte était grande ouverte et dès le deuxième étage je pouvais percevoir le bourdonnement rond, régulier et mécanique d’un vieux rotor. La pièce n’était pas grande et j’ai cherché Mireille du regard.  Concentré sur sa tâche, il y avait un homme devant une machine, la barbe grise, l’air bonhomme et  la bedaine bien assise sur ses deux cuisses. À sa droite, sur le papier moquette kaki et  défraîchi qui tapissait les murs, suspendu sur un simple clou dans un cadre de bois, le portrait figé d’une femme dans les années 60 posait son regard immobile sur la petite pièce. Sans doute était-ce Mireille. Un ventilateur EMI  brassait l’air comme il pouvait quand un téléphone de bakélite sonna dans un coin. Les mains occupées par ses boutonnières, l’homme ne répondit pas. Des étudiantes de mode et des grossistes chinois du quartier venaient chercher leur commande. Ils posèrent leur regard étonné sur mon nourrisson qui gémissait doucement. L’homme ne s’aperçut pas de ma présence. Je me suis assise sur une chaise et j’ai attendu mon tour tranquillement. Enfin, il leva la tête et poussa un grognement empressé et attendri. Il m’ordonna de ne pas me lever, vint chercher ma veste, jaugea mes boutons, piqua mes boutonnières. Quand il eût fini, je m’acquittais des deux euros que je lui devais et comme il m’enjoignait de rester pour nourrir ma petite fille, j’acquiesçais et je suis restée, un peu.

La veste Saler est l’un des trois patrons proposés par Pauline pour ce printemps. Cela fait longtemps , je crois, que le projet d’une veste tailleur classique  lui trottait dans la tête et j’attendais impatiemment qu’elle planche sur le sujet. Quand j’ai vu le dessin technique, j’ai compris qu’une fois de plus elle avait pris le problème à bras le corps et que si ses explications étaient à la hauteur de ce qu’elle avait l’habitude de proposer, la veste Saler allait être un incontournable. Si vous suivez un peu mon blog, vous connaissez maintenant mon amour des pièces classiques et un peu « tailleur » : que ce soit avec le manteau Quart ou le pantalon Sorell, Pauline m’avait déjà comblée.

saler_pauline_alice_10

J’étais donc d’autant plus heureuse qu’elle me propose un cours pour Artesane à partir de ce patron. Comme je souhaite que les choses soient claires, je tiens à vous dire que j’ai d’autant plus testé ce patron qu’il était aussi au fondement d’un projet personnel et que ce test n’avait donc pas de visée promotionnelle. Il s’agissait pour Pauline comme pour moi d’un test « comme d’habitude », c’est-à-dire d’un test visant à vérifier si le patron était bien taillé, si les explications étaient claires et si aucune erreur majeur ne traînait ici ou là. J’ai réalisé trois versions de la veste Saler (je n’ai pas encore fini la deuxième) et vous présente celle-ci parce que c’est ma préférée.

saler_pauline_alice_17

 Les photos ont été prises en deux fois – par mon mari et mon père – car le temps n’était décidément pas avec moi. Malheureusement cela influe un peu sur le tombé du lainage, qui peut paraître un peu froissé : ma veste était humide et marquait beaucoup plus les plis qu’en temps normal. Cela dit, je reviendrai sur ce point en fin d’article.

veste_saler_pauline_alice

Avec le temps, Pauline et moi commençons à bien nous connaître et j’ai pu me rendre compte que sa rigueur et son intransigeance avec elle-même s’accompagnaient d’un grand manque de confiance en elle. Pourtant une fois de plus, je suis impressionnée par le travail fourni. Cette veste tailleur est une vraie veste tailleur et malgré le nombre de pièces et la complexité de certains montages, les explications et les schémas sont une fois de plus d’une remarquable limpidité.

saler_pauline_alice_8

Il faut être franche. De tous les patrons de Pauline, je pense que celui-ci est le plus complexe. Il comporte beaucoup de pièces et nécessite une certaine habitude de la couture pour être réussi. Il faut un peu d’habileté pour réussir des poches passepoilées à rabat ou un col tailleur. Les manches doivent être montées avec soin pour sublimer l’arrondi de la tête de manche. Ce n’est pas un patron par lequel on commence à coudre. Une fois de plus cependant, si vous avez quelques heures de vol, les explications de Pauline sont si claires et les marques sur le patron sont si nombreuses que s’il fallait choisir un seul patron pour commencer avec la couture plus « tailleur » ce serait sans doute celui-là. Je ne veux absolument pas rentrer dans le débat « couture indépendante » vs « couture magazine » : cependant, si vous souhaitez vous lancer dans la couture de,vestes ou de manteaux, je trouve que disposer d’explications aussi claires et fournies, vous fera gagner beaucoup de temps et progresser rapidement.

saler_pauline_alice_4Faisons rapidement le tour du patron : il s’agit donc d’une veste tailleur, entièrement doublée, à la coupe cintrée par des découpes bretelles. Cette veste propose un col tailleur, des manches montées, des poches à rabats passepoilées et des manches avec fente de boutonnières (non fonctionnelles). L’ourlet est légèrement arrondi, ce qui permet d’élancer la silhouette. Voici le dessin technique :

saler_jacket

Au cours du montage, j’ai pris quelques photos des points qui me semblaient importants et des détails qui m’avaient aidés. J’ai monté cette veste selon les techniques dite « contemporaines » du montage tailleur, en utilisant de l’entoilage thermocollant. Cela dit, je pense que c’est un beau terrain de jeu pour s’essayer à des techniques plus traditionnelles avec un montage sur toile, ce que je ne manquerai pas de tenter cet été quand j’aurais plus de temps.

saler_pauline_alice_19

Voici donc selon moi les points dont il faut prendre soin pour que le montage se passe bien. Surtout n’y voyez aucune prétention, je les ai notés au fur et à mesure des tests…après trois versions, je me sentais un peu plus rodée.

saler_pauline_alice_9

 Premier point qui me semble important : le choix du thermocollant. J’ai testé plusieurs types de thermocollant et comme le conseille Pauline, choisissait un thermocollant sur base maille. J’ai noté deux références qui m’ont convaincues : une référence que vous pouvez trouver chez Rascol et le top du top selon moi, l’entoilage approprié chez Stragier. Je crois que toutes celles et ceux qui ont essayé les entoilages de chez Stragier ne me contrediront pas, ils sont exceptionnels. Je souhaitais un entoilage qui respecte le tombé de mon magnifique lainage, un lainage souple mais plutôt fin auquel il était donc nécessaire d’apporter un peu de structure dans le dos et au  niveau du col. Quoi qu’il en soit, essayez vraiment d’éviter les entoilages intissé qui donneront un tombé cartonné à votre veste et suivez les recommandations de Pauline à ce sujet. J’en profite pour préciser que la plupart des entoilages sur base maille ou avec renfort droit fil nécessite une pose à la vapeur, contrairement aux intissés. Il est important de vérifier ce point auprès de votre revendeur pour éviter les cloques à la pose.

saler_pauline_alice_1

Ce patron nécessite un grand temps de préparation. Les nombreuses pièces, la pose du thermocollant et le report des marques peuvent décourager. Il faut vraiment voir ce temps comme un temps de couture à proprement parler, essayer de l’apprécier et de s’appliquer. Cette préparation aura un grand impact sur le rendu final de votre veste (pardon pour ma table à repasser en piteux état;))

entoilage_col_veste_tailleur

Outre la pose de l’entoilage qui doit être soignée, notamment au niveau du col et des épaules, soyez attentifs et attentives au report des marques. Elles sont nombreuses et d’une grande aide quand il s’agit de comprendre la pose d’un col tailleur ou d’obtenir des poches passepoilées à rabats parfaitement symétriques. Pour cette veste j’ai vraiment pris soin de reporter mes marques des deux côtés de manière à n’avoir jamais de problème à faire coïncider mes repères et à pouvoir travailler sur l’envers comme sur l’endroit. Pour la poche passepoilée un marquage aux bouclettes tailleur aurait été envisageable, mais je trouvais le marquage à la roulette et au feutre encore plus précis dans ce cas là.

marquage_tailleur

 Troisième point crucial: l’ouverture des coutures. Plus que jamais, le repassage et le « dégarnissage » des coutures sont nécessaires. Si vous travaillez sur un lainage ou une gabardine, une pattemouille et un coussin tailleur à portée de main vous aideront beaucoup à bien soigner les courbes. Oh, je vous entends d’ici… »oui mais moi je n’ai pas de coussin tailleur ». Vous n’avez pas d’excuse : vous pouvez utiliser une serviette de bain roulée en boule, et si vous avez envie d’un coussin tailleur, un tutoriel est disponible gratuitement sur le journal d’Artesane. Pour la pattemouille, un bout de toile de coton (ou  mieux d’organza de soie), fera très bien l’affaire.

Dans les courbes légères, comme celles de la découpe bretelle, il faut vraiment faire attention à ouvrir correctement les coutures : quand vous refermerez la doublure, vous ne pourrez plus le faire et parfois c’est à ce moment que l’on se rend compte que ce n’est pas aussi parfait qu’on le souhaiterait. Regardez la différence de rendu que l’on peut obtenir.

Voici une première photo de la couture « mal » ouverte :

couture_non_ouverte

Pour bien ouvrir vos coutures, comptez sur la vapeur et appuyez avec la pointe du fer sur la couture, sans écraser les marges, c’est inutile et cela risque de marquer de l’autre côté. La pression doit vraiment s’effectuer au centre. Voici maintenant des photos de la couture  correctement ouverte :

IMG_7623

Autre point : ne mettez pas de côté l’étape des épaulettes et de la cigarette de manche. Je sais que les épaulettes peuvent faire frémir. Étant née dans les années 80, le traumatisme des épaulettes est ancrée dans mon inconscient le plus profond. Néanmoins, dans le cas de cette veste, on parle bien d’épaulettes tailleur, c’est-à-dire d’épaulettes présentes pour structurer la tête de manche. Leur objectif n’est pas de vous faire une carrure de nageuse d’Allemagne de l’Est. Si vous les trouvez trop épaisses, vous pouvez toujours les dédoubler. Je sais qu’il n’est pas facile de se procurer ce type de fournitures. La mercerie en ligne A et A livre très rapidement et propose ce type d’articles à un prix raisonnable. Je n’ai aucune action chez eux mais je trouve toujours mon bonheur sur ce site et tenais à le signaler. Par ailleurs leur tutoriel sur la pose de cigarette de manches et d’épaulettes est très clair. Sur la photo qui suit, je n’ai pas encore effectué de pose de cigarette et d’épaulette sur la manche de gauche. Cela vous permet d’apprécier la différence de rendu!

pauline_alice_saler_manche

Et voici la manche avec épaulette et cigarette de plus près :

IMG_7746

Voici à quoi ressemble la cigarette posée sur l’intérieur  :

pose_cigarette_manche

Enfin dernier point et non des moindres : le choix du tissu. J’ai réalisé trois versions, l’une en sergé de coton de chez Stragier, la seconde dans un lainage mélangé italien, et la troisième, celle qui nous occupe aujourd’hui, dans un lainage à chevrons très fin de chez France Duval Stalla. La version qui m’a donnée le plus de fil à retordre est incontestablement celle en sergé de coton. Je voulais un rendu à la fois sport et structuré et c’est a priori ce que je vais obtenir….mais je ne vous le cache pas, si je suis en passe de gagner la difficile bataille de la pose des manche, l’embus a été beaucoup plus difficile à résorber que sur les lainages. Et pourtant, j’avais passé trois fils de fronces au lieu de deux pour me faciliter la tâche. Il est donc important, quel que soit le tissu que vous choisissez, de vérifier sa souplesse….et c’est là qu’est la nuance : souplesse ne veut pas dire fluidité. Votre tissu ne doit ni se déformer ni glisser mais doit être facile à sculpter. Si vous portez votre choix sur une gabardine ou un denim, des tissus qui me semblent tout à fait appropriés par ailleurs (jetez un oeil aux versions de Pauline, Lise et Céline !),  choisissez le en vérifiant sa souplesse.

saler_jacket_pauline_alice

Je crois que c’est pour cela que j’aime particulièrement cette version : le tissu choisi a un tombé magnifique, qui permet d’élancer la silhouette et cerise sur le gâteau, il n’a pas été trop difficile à travailler. C’est un lainage fin, très lumineux (je vous en aurais bien fait la démonstration mais comme vous avez pu le noter, le soleil n’est presque jamais de la partie lors de mes séances photos…). Il s’agit de pure laine : pour cette raison, il aurait mieux valu que je donne ma veste au pressing avant de la photographier. Les fibres naturelles ont tendance à froisser plus facilement et on manipule beaucoup une veste quand on la coud. Je n’ai pas encore fait disparaître tous les petits faux plis et Pauline m’avait recommandé de confier la mise en forme finale à un professionnel. J’aurais dû l’écouter et m’apprête du reste à le faire car cela change vraiment tout.

saler_jacket_pauline_alice_pattern

Je me suis déjà beaucoup trop étendue et vous vous êtes peut-être endormi-e en route. J’en termine donc sur les difficultés et les petits détails du patron.  Soyons honnête, ce n’était pas mon premier col tailleur. Je pense que même quand j’en aurai monté une vingtaine, je ne comprendrai pas bien ce que je fais. Le col tailleur a quelque chose de magique. Il est important de se laisser guider par les explications de Pauline. Comme la pose de doublure, la pose de col tailleur n’est pas toujours quelque chose d’intuitif. Pourtant, expliqué par Pauline, les étapes m’ont paru très claires. Toutes les marques correspondaient et cette étape s’est passée sans encombre.

Les boutonnières aux manches ne sont pas fonctionnelles mais quel joli détail! Là encore, suivez les schémas et vous obtiendrez une fente de manche au rendu professionnel!

veste_saler_pauline_alice_3

Pour la doublure, j’ai une nouvelle fois choisi un twill de soie (il me semble que je l’avais acheté chez Bennytex). Pour de la soie je trouve le rapport qualité prix  de leur twill ou de leur pongé de soie parfait et quand on passe du temps (en l’espèce dix à quinze heures) sur une belle pièce, autant soigner l’intérieur, non?  Cerise sur le pompon, je suis toute fiérote, ma veste est assortie à mon chapeau!

saler_pauline_alice_7

Comme vous vous en doutez, il me serait difficile de fermer la veste sans avoir l’air très étriquée au niveau de la poitrine…étant donné mon 96 cm de tour actuel de poitrine (j’allaite), je n’allais pas m’embarrasser et commencer à faire des modifications. Je ne ferme du reste jamais mes vestes. Au niveau de la taille, des hanches et de la carrure d’épaules, je corresponds à un 36 chez Pauline Alice et tout tombe parfaitement . J’aurais  pu allonger la veste de 2 à 3 cm puisque je suis plus grande que taille « Pauline Alice (je fais 1m69 et les patron sont prévus pour 1m65) mais je trouve franchement que ce n’est pas choquant. Une ligne pour allonger ou raccourcir le patron est de toute façon indiquée et la manipulation est très simple.

Quoi qu’il en soit pour une telle pièce de couture, faites une toile…

saler_paulinealice_13

La seule modification que j’ai donc faite concerne l’écart des boutonnières. Elles étaient trop rapprochées à mon goût. En écrivant ces lignes, je me rends compte que je ne vous ai même pas montré les belles boutonnières de chez Mireille :

saler_pauline_alice_16

veste tailleur pauline alice

Je crois que cet article est officiellement le plus long que j’ai pu écrire. Voilà les conséquences de mes longs silences ces derniers mois. J’ai la parlotte qui me démange! Je vais donc arrêter de vous ennuyer et faire un point rapide sur le nécessaire. Vous verrez que c’est un projet qui m’a coûté plutôt cher, mais en terme de qualité je pense qu’une telle veste m’aurait coûté bien plus cher dans le commerce :

Le nécessaire

NécessaireDescriptionCoût et niveau de couture
Tissu et fournitures2m20 de lainage fin de chez France Duval Stalla
140 cm de doublure en twill de soie de chez Bennytex
il me semble

2m d'entoilage DS3 thermocollant stragier

2 gros boutons et 6 petits boutons France Duval Stalla
Lainage : 25 € le mètre
Doublure : 9 € le mètre
Entoilage : 14,75 €le mètre
Boutons : 5,40 euros

Total : environ 120 euros

Total : aux alentours de 30 euros
PatronPatron de la veste Saler par Pauline Alice (disponible en français, anglais et espagnol)8 euros en PDF
14 euros en version pochette papier
Modificationsl'écart entre les deux boutons du devant est plus grand que celui proposé par le patronC'est un patron pour un niveau avancé. Cela dit, comme toujours avec Pauline, les explications sont claires et permettent vraiment de réussir une belle veste tailleur.

C’est une grande joie de vous retrouver à un rythme plus régulier, de coudre à nouveau et de profiter de merveilleux patrons comme celui de Pauline. Je vous embrasse bien fort!

40 commentaires

  • Chloé dit :

    Cette veste est splendide tant on sent le travail derrière !! Bravo !!

    • Sunny dit :

      I like the fact that currently,I can just look at a topic, and pick and choose what I wish to view, regardless of where or who it is from. Indeed, I like the fact that I can enjoy videos from all around the globe, and I am concerned that this new concept might limit what we can see and do without having to use more spncsficatioei. So,I just hope that this is an ADDITIONAL feature to you tube, and not a change in the whole concept.

    • http://www./ dit :

      Quite an “interesting” survey. The first half of it is how you feel about a game that you hate, then it is general about video games. It is a little confusing trying to figure out some of the answers about a game you dislike when the answers are geared towards liking it.

    • My comment is on Semhar the ‘Spoken Word Artist’. As a craftsman and sculptor of the English language this foul pretender needs to be the first one voted out for claiming to be such a thing. Luckily for me, this eventuality seems inevitable as she apparently possesses the social charms of a flesh eating parasite.

    • 13 de julho de 2009 Parabéns pela matéria!Achei brilhante. Já tinha ouvido falar neste tipo de visão da mente mas me faltava achar algo concreto que pudesse guardar por escrito. Espero que tenha outros relacionados ao tema no futuro.

  • Marie-Thérèse dit :

    Félicitations! Contente de vous relire

  • Addictiph dit :

    Ravie de retrouver tes superbes articles!!!

  • Wow, qu’elle belle ta veste ! Bravo Annie tu m’a donné envie d’en coudre une pour moi! Chaque fois que je lis tes articles c’est comme lire une poésie. Je trouve cet patron vraiment intéressant et j’adore surtout les découpes bretelles et l’ourlet arrondi. Pauline a réalisé un modèle très technique avec beaucoup de passages à réaliser avec soin, j’adore! Au premier regard j’ai pensé que cette veste ne respectait pas beaucoup mon style mais je crois que en choisissant le bon tissu, elle peut devenir un incontournable dans mon garde-robe. Merci Annie pour nous avoir montrer « Chez michelle » tu me fait rever en voyant ce lieu!!!

    • Geri dit :

      It’s a pleasure going there and seeing the variety unseen with the local florists in New Delhi.They have the most exotic birds of paradise and lo8#u&st217; as well.. Diwali time, the market is populated with the early risers.

  • claudine dit :

    J’ai sauté de joie quand j’ai vu qu’un nouvel article d' »Annie Coton » était paru! Et doublement quand j’ai vu la pièce magnifique que vous avez faite. Félicitations! Et comme à chaque fois, les conseils sont judicieux. C’est en grande partie grâce à votre article sur le manteau Quart Coat que je me suis lancée… Je compte bien me lancer dans la veste, mais je n’arrive pas à trouver le bon tissu…
    Au plaisir de vous lire!

  • Pour commencer, merci pour ton article, j’ai tout lu et tout apprécié car tes posts sont pleins de détails à chaque fois qui répondent parfaitement aux questions que l’on se pose lorsqu’on réalise un modèle (lorsque j’ai réalisé le manteau Quart, j’avais imprimé le pas à pas de Pauline ainsi que ton article sur ce thème).
    Ta veste est superbe, et malgré la complexité du projet, ça donne envie de la tenter 🙂

  • Hélène dit :

    Je n’ai qu’un mot : magnifique. Et il s’applique à la veste, aux photos et au texte. Ton retour me fait vraiment plaisir!

  • Tamia dit :

    Quelle jolie réalisation ! Et ce tissu est une merveille. Je découvre le nouveau patron de Pauline & Alice par ce billet et suis vraiment séduite… Les explications que tu donnes, loin de m’endormir, sont très complètes et permettent de mieux appréhender la difficulté. Je vais filer voir ça de plus près sur le site de la créatrice !

  • Tamia dit :

    Quelle jolie réalisation ! Elle te va à merveille. Je découvre ce nouveau patron par ton article et il donne vraiment envie de l’acquérir pour réaliser cette merveille de veste !

  • Lucille dit :

    Bon, je ne sais pas tellement quoi dire, à part : superbe ! C’est de loin la plus belle version que j’ai vue pour le moment, j’aime beaucoup le choix de tissu et de doublure. Pour être en train de réaliser un caban en denim un peu épais, je ne peux qu’être d’accord avec toutes tes remarques et conseils…

  • oh. Juste un truc. En fait Mireille c’est un petit atelier pour faire faire des boutonnières c’est ça ? C’est fou ! Moi c’est toujours le truc qui me stresse le plus à la fin des ouvrage.
    Merci de cette découverte.

  • Alors toi on ne te vois pas pendant des mois et tu nous montres une veste digne des plus grandes maisons de couture.
    Bravo !
    Je suis toujours aussi admirative de ton travail.
    @bientôt j’espère

  • Fafa dit :

    Je viens de relire ton article (oui j’ai clique sur tous les liens!!) mais quel boulot monstre!! Et quelle réussite.. Ce n’est pas le genre de pièce que je serais prête à coudre vu mon niveau, mais il y a eu le petit fameux « un jour je saurais faire ça ». À aucun moment je me suis ennuyée à te lire, au contraire, j’aime quand c’est détaillé, ça donne ou plutôt ça me donne envie de progresser encore et encore ( dit celle qui a encore la trouille de se coudre une chemise!!) merci à toi pour tous ces détails, et encore plus pour les conseils….

  • isa dit :

    Quel bel article et surtout quelle belle veste ! !!! Je ne sais pas si j’ai le niveau mais quoi qu’il en soit, je vais me laisser tenter. Quelle fierté d’arriver à faire une si belle pièce ! Merci encore pour cet article, pour tous les autres, pour cette passion. Très belle journée.

  • Solène dit :

    Ah Mireille boutonnière, une véritable institution !
    C’est tellement chouette de pouvoir confier cette étape stressante de la boutonnière à un pro.
    Tres jolie veste ! J’ai vu essayer celle de Pauline lors du pop up store des trouvailles d’Amandine : une de détails minitieux! Ça donne envie de la faire juste pour apprendre de nouvelles techniques.
    D’ailleurs merci, grâce à toi je viens de comprendre prk mon thermocollant utilisé sans valeur pour réaliser un cartable avait cloqué de partout … Et le pire c’est que maintenant, je me souviens qu’une prof m’en avait déjà parlé … Quelle lourde !

  • Coraline dit :

    Ravie de lire ses lignes qui sont toujours si belle et qui m’emporte à chaque fois et comme ça fait du bien…. la veste est juste magnifique ce doit être tellement réjouissant d’avoir cousu une telle pièce… merci pour ces doux moment

  • Géraldine dit :

    Contente de te relire, c’est toujours un plaisir. Bravo pour cette belle réalisation.

  • Laure dit :

    Quelle veste magnifique !!! Un jour peut-être aurais-je le courage de m’attaquer à ce genre de projets. Pour le moment avec deux petits enfants, ce n’est pas possible. Bravo en tout cas pour ton écriture si belle et cet article très utile à tous ceux qui entreprendraient ce beau projet.

  • Florence dit :

    Quel plaisir de te lire à nouveau! Magnifique réalisation (une fois de plus), quel travail!
    Je tenais aussi à te remercier pour la formation que tu proposes sur Artesane. Chacun des modules était très clair et précis, je me suis régalée, un grand merci!

    • Heidi dit :

      Ako neko sebi za pravo daje da nekoga nazove stokom, a ne smeta vam, razmislite… možda se po njegovom miÅ¡ljenu i vi tu nalazite. Samo sačekajte da vas obradi u nekoj novoj temi. Ne cenim takve ljude i zgražavam se od čitanja takvih tekstova. I ja sam preduzetnik i nikada nisam otpustio niti diskvalifikovao radnika iz takvih razloga.VA:F [161l20_91.6]p.ease wait…VA:F [1.9.20_1166](from 0 votes)

    • I thought you were a charity.. Why ‘rebrand’ and spend lots of money on marketing a new image and profile? Please just keep doing what you do and don’t try to become the biggest…..

    • – Well done, particularly Bishop J ‘enthralled by her stares’. First glance I thought you’d beaten me to the ‘oeuvre’ currently brewing in my idle brain – Ten Green (oops!) Blue Bottles Hanging on the Wall.Perhaps you or anyone can help me with a technicality. How does one do that crossing out effect which leaves the original word scored through but legible, e.g. leaving the ‘Green’ being seen as replaced by ‘Blue’?

  • AxelleC dit :

    Très jolie ! Les photos aussi !

    • Winter dit :

      If you plan was to attract connected primates together with the same funky taste in hard liquor you succeeded beyond your wildest dreams with me, but if it was basically “to attract a disaffected audience using the same disjointed feeling of hur8o&#m221; then I am genuinely sorry, but you’ve failed miserably.

  • Sandra dit :

    Une des plus belle version que j’ai vu jusqu’à présent. Je trouve que ce style de veste et le style qu’elle te donne te va à merveille, vraiment. Bravo pour ce boulot de dingue

  • chantal T dit :

    Quelle joie de te lire à nouveau! ta veste est vraiment très classieuse, avec un jean elle est parfaite.
    J’ai apprécié ta description de chez Mireille- c’est tout à fait cela-et tes conseils pour la réalisation de cette veste.
    Elle mérite en effet de faire une toile, elle mérite un joli tissu, et une doublure soignée. Je l’inscris dans mes projets.

  • Auguste_et _Septembre dit :

    Mais quel bel article et quel boulot derrière !!! Merci pour tous ces détails ! Je suis super motivée !

  • Babou dit :

    Quel plaisir de vous lire de nouveau. Bravo pour toutes vos réalisations, et en particulier, cette veste Saler.
    Merci egalement de toutes les précisions apportées qui nous sont souvent d’une grande aide.

  • Gabyz29 dit :

    Ravie de te retrouver à nouveau !!!!
    Une pièce comme toujours chez toi qui met à l’honneur la créatrice.
    Ta veste est vraiment très belle !!!!

  • Catherine dit :

    Bravo. Très belle revue de patron comme à ton habitude. C’est rigolo car j’ai acheté exactement le même tissu, dans l’objectif de m’en faire une veste, mais avant de savoir que Pauline et Alice sortait ce patron. Tu m’as convaincue de le choisir. En revanche je n’en ai que 2m. J’espère que ça suffira.
    Bonne soirée.
    Catherine

  • Alexandra dit :

    Comme je suis contente de te lire, et non ta prose n’était pas encore suffisamment longue pour m’endormir. Par contre elle l’est bien assez pour me laisser tenter par cette veste que je trouve superbe et surtout avec l’idée de progresser, d’avancer dans mon niveau de couture. Je ne sais pas si tu nous donneras l’occasion de voir les 2 autres mais celle-ci est très belle…franchement, elle est magnifique ! Bravo… comme toujours c’est précis, joli, bien fini !!! Quel talent 🙂

  • Tachalili dit :

    Quel plaisir de te retrouver ! Et avec une si jolie veste. Le patron est commandé, j’ai au choix un satin de coton « pur cuir » de chez Stragier et/ou un lainage structuré de chez MK. Par contre j’ai un entoilage DS1. Tu penses que ça pourrait le faire ? J’attends avec impatience de voir les autres vestes. Et si je peux me permettre, il n’y a pas que ta veste qui est magnifique

  • catherine dit :

    Et je ne me suis pas endormie à te lire et j’ai trouvé tes explications tellement intéressantes que je vais sans doute les relire encore… Ta veste est en effet magnifique et vraiment très tentante, (il y a de quoi être fièrote !) : je vais aller voir les tutoriels proposés de plus près, bien que je sois débutante je ne sais pourquoi je m’interroge sur le fait de me lancer dans cette aventure… Irais-je ou pas ? !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.